Retour au numéro
Vue 103 fois
17 juin 2019

Laurent Jolivet (D 81) : S'investir, investir et grandir !

En 1976, l'agro-alimentaire est le pétrole vert de la France et Laurent Jolivet s'oriente vers cette voie prometteuse. Très vite, il a envie de compléter sa formation technique agro-alimentaire par un diplôme de gestion à l'ESSEC. De 1983 à 2000, il prend des responsabilités financières dans des secteurs aussi variés que la chimie, la pharmacie, le recyclage ou les produits diététiques. Laurent cherche avant tout à être au cœur des décisions dans l'entreprise. « Changer d'entreprise permet non seulement de gagner en responsabilités mais aussi en ouverture d'esprit ». En 1998, son nouveau challenge est de créer sa propre entreprise.


 

L’aventure de la reprise d’entreprise

Commence alors un parcours du combattant pour trouver une entreprise à reprendre. Deux ans, 20 candidatures, des frais engagés en audit et en juridique, des phases d'exaltation et de déceptions... jusqu'à trouver la société POPY qui fabrique des andouillettes près de Lyon (35 personnes, 6 millions de CA). « C'est le retour aux sources ! » L'avantage de sa double formation est de comprendre le métier et de maîtriser la gestion financière.

Sa rigueur et son enthousiasme l'amènent à racheter successivement 6 concurrents pour atteindre plus de 90 millions de CA et plus de 600 collaborateurs en 2019. « Nous fabriquons 13 marques de charcuteries cuites, et nous sommes leader avec 60% du marché national en andouilles et andouillettes. Nous sommes positionnés sur le moyen et haut de gamme, sur tous les canaux de distribution mais avec une présence plus forte auprès des grossistes et en hôtellerie-restauration. » L'objectif de ces acquisitions est « d'être acteur de la structuration et de la concentration de notre profession plutôt que la subir, améliorer notre rentabilité et favoriser la pérennité de l’entreprise. » Cette évolution de l'entreprise est aussi un nouveau challenge pour Laurent, avec moins d'opérationnel et plus de direction stratégique et de communication.


« Travailler en PME offre de belles opportunités ! »

 Laurent a à cœur de communiquer sur la qualité des produits qu'il fabrique. Membre du Bureau de la Fédération des Industries Charcuterie Traiteur, il s'engage avec la filière à vendre des produits sains. Laurent aime les défis et cherche toujours à aller de l'avant. Aux futurs candidats dans son groupe, il promet « Travailler en PME ou ETI offre de belles opportunités à ceux qui sont ouverts et prêts à s'investir sur le terrain. »

Auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.